Equipe INDIVIDU - Architecture, fonctionnement et évolution des plantes

Les recherches de cette équipe mettent en avant les études des plantes à l’échelle de l’individu. Elles se basent sur différentes approches convergeant sur la plante entière. Cela inclut la Biologie Fonctionnelle (biomécanique, fonctionnement et biophysique), les implications évolutives et écologiques de la structure de la plante et son développement chez les plantes actuelles et les plantes fossiles par la Paléobotanique. Un aspect central des recherches de l’équipe porte sur l’Architecture et le développement de l’organisation des plantes à l’échelle de l’individu. Notre démarche s’appuie en partie sur la formalisation mathématique de processus biologiques et le développement d’outils logiciels pour l’analyse, la modélisation, la simulation et la prédiction de l’organisation de la plante tant pour des espèces modèles agronomiques que naturelles. Les modèles mathématiques théoriques sont utilisés dans une variété de projets visant à comprendre les processus de croissance et d’acclimatation des plantes, les invasions biologiques et les interactions entre individus, avec en point de mire des applications en agronomie (par exemple définition d’idéotypes) et en écologie, en s’appuyant en particulier sur des collaborations au Sud dans les pays partenaires et les DROM-COM, et sur les dispositifs IRD et CIRAD.

Pour mener à bien ces recherches, différentes plateformes ont été mises en place permettant de traiter les aspects biomécaniques, microscopiques, histologiques et paléobotaniques. Ces chaînes d’outils, associées à des protocoles éprouvés, permettent :

  •  de réaliser et observer des lames minces (scie, polisseuse) pour l’étude histologique des fossiles végétaux ;
  •  de caractériser les propriétés biomécaniques des axes végétaux, e.g. résistance, flexion, torsion, fracture et déchirement, en laboratoire et sur le terrain (machines d’essais –Instron) ;
  •  de décrire et caractériser les plans ligneux depuis le niveau macroscopique jusqu’au microscopique (polisseuse avec bras automatique, loupe et microscope avec platine à incrémentation automatique).

Cette équipe est principalement basée à Montpellier mais, de par ces questionnements scientifiques génériques sur les structures végétales, les travaux se font autant en zones tropicales que méditerranéennes et tempérées et tant sur des espèces forestières qu'agronomiques.