PROmouvoir et Formaliser l’Exploitation Artisanale du bois d’œuvre en Afrique Centrale par une approche multi-scalaire : gestion territorialisée de la ressource, gouvernance de la filière, promotion des demandes de sciages légaux (PROFEAAC)

Programme : Principal FFEM, cofinancements du consortium
Durée : 2019 - 2023

Mots clés

Suivi diachronique par télédétection ; REDD+ ; Impact de l'exploitation ; Dégradation forestière ; Cameroun

Résumé

En Afrique centrale, la production annuelle de sciages artisanaux informels (environ 1,7 million de m3) est supérieure à la production de sciages réalisée par le secteur industriel. Malgré son informalité et des ponctions illicites subies par les opérateurs, le sciage artisanal est une activité rentable pour les acteurs directs et indirects de la chaîne de valeur.  Si plusieurs études permettent de mieux connaître aujourd’hui les caractéristiques socio-économiques des filières artisanales, les impacts environnementaux demeurent inconnus alors que l’exploitation artisanale du bois va manifestement croître dans les prochaines années.
L’objectif général du projet est de réduire la dégradation des forêts du domaine rural en Afrique centrale en formalisant et en rationalisant l'exploitation artisanale du bois à partir d’une expérience pilote à mener au Cameroun et en RDC. Plus spécifiquement, il s'agit de :

  1. Soutenir l'exploitation artisanale légale et renforcer les capacités des exploitants, valoriser l’exploitation artisanale dans les stratégies de développement territoriales décentralisées, promouvoir des demandes de sciages légaux sur les marchés privés et publics, élaborer des mesures locales de régénération et de reboisement des espèces ligneuses et d’agroforesterie.
  2. Définir des méthodes à faible coût d’estimation et de suivi des impacts environnementaux (déforestation et dégradation du couvert forestier) de l’exploitation artisanale du bois sur les écosystèmes forestiers. La contribution d'AMAP concerne essentiellement ce deuxième point, qui visera à qualifier la contribution de l’exploitation artisanale du bois à la dégradation forestière, et à faire le suivi de l’état des massifs forestiers dans les sites échantillonnés en fin de projet. Pour cela, il faudra évaluer le potentiel de méthodes utilisant l’information satellite, en misant sur les images à très haute résolution spatiale (THR, comme Spot6/7, pixels effectifs de 2,5 m) ou à très forte répétitivité temporelle (Sentinel2, pixels de 10 m, gratuites).

Collaborations

  • CIFOR
  • Cirad UR Forêts-Sociétés
  • GIZ
  • ENS Yaoundé LaboSystE